• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Thèse : étude des dynamiques spatio-temporelles des paysages agricoles sur les communautés de pollinisateurs et de plantes adventices et de leurs conséquences sur la pollinisation des cultures de colza et de tournesol
Référence
1523253828
Date limite pour postuler
25/05/2018
Date de publication
09/04/2018

Caractéristiques

Précision sur la nature du contrat
Contrat de thèse
Durée du contrat
3 ans
Date de début de contrat
01/09/2018

Affectation

Nom de l'unité d'affectation
USC1339 CEBC Centre d'Etudes Biologiques de Chizé
Adresse de l'unité d'affectation
CNRS-Délégation NIORT 79360 VILLIERS EN BOIS
Région de l'unite d'affectation
Nouvelle-Aquitaine

Descriptif

Environnement de travail

En Europe 84% des cultures dépendent de la pollinisation par les insectes ainsi que 70% des 124 cultures directement utilisées pour la consommation humaine à l’échelle mondiale. Les abeilles sauvages et les abeilles domestiques sont les principaux pollinisateurs de ces cultures. L'efficacité de la pollinisation dépend non seulement de l'abondance des pollinisateurs, mais aussi de l'identité des pollinisateurs.Ainsi des communautés plus diversifiées assurent une meilleure pollinisation des plantes.Maintenir des communautés de pollinisateurs diverses et abondantes dans les paysages agricoles est par conséquent essentiel pour assurer la pollinisation entomophile et la production des cultures dépendantes des insectes. De manière générale la composition et la configuration du paysage affectent les communautés de pollinisateurs, en particulier la présence d’habitats semi-naturels ou de ressources florales dont lesplantes adventicesconstituent une part importante.

Ce sujet de thèse porte sur la compréhension des relations entre plantes adventices, pollinisateurs (abeilles sauvages et abeilles domestiques), et pollinisation des cultures. Ces interactions interviennent àdifférentes échelles temporelles et spatialeset sont liées aux différents éléments dupaysage agricole. Déterminer les éléments paysagers ayant un effet sur ces organismes, leur interaction et l’échelle à laquelle cet effet s’exerce reste une question complexe, qui soulève également des questions méthodologiques majeures. Le (la) doctorant-e étudiera (i) l’effet de la dynamique spatio-temporelle des paysages agricoles sur les communautés des pollinisateurs et des plantes adventices, et (ii) le rôle de ces communautés sur la production agricole de deux cultures oléagineuses clé en France, le colza et le tournesol. Pour répondre à ces questions le(la) doctorant-e analysera les données observées, depuis plus de 10 ans, à l’échelle du paysage sur la Zone Atelier « Plane & Val de Sèvre ». Les liens entre ces communautés et les éléments du paysage seront étudiés en utilisant l’information spatiale de manière explicite avec la méthode SILand, tout récemment développée par Florence Carpentier et Olivier Martin.

Accueil

Ce doctorat d’une durée de 3 ans sera réalisé principalement au Centre d’Etudes Biologiques de Chizé (Deux-Sèvres) avec des séjours à l’INRA MaIAGE Jouy-en-Josas et l’INRA BIOSP Avignon. Le(la) doctorante-e sera co-dirigé par Sabrina Gaba (CEBC), Florence Carpentier (AgroParisTech) et Olivier Martin (BIOSP) qui apporteront leurs compétences en écologie et statistiques. Le(la) doctorant-e pourra également s’appuyer sur le consortium du projet MP SMACH ESPACE pour les développements méthodologiques. Sur les aspects d’écologie des communautés et d’écologie spatiale des adventices et des abeilles, le(la) doctorant-e pourra s’appuyer sur l’expertise acquise sur la Zone Atelier Plaine & Val de Sèvre et du consortium autour du dispositif Ecobee (UMT PRADE (dont ITSAP)-UR Abeilles & Environnement-UE APIS-USC Agripop).

Publications sur le sujet

Bommarco R., Kleijn D. & Potts S.G. (2013) Ecological intensification: harnessing ecosystem services for food security. Trends in Ecology & Evolution, 28(4), 230-238.

Bretagnolle V. &Gaba S (2015) Weeds for bees? A review. Agronomy for Sustainable Development. 35(3) 891-909

Bretagnolle, V., Berthet, E., Gross, N., Gauffre, B., Plumejeaud, C., Houte, S., ... & Gaba, S. (2018). Towards sustainable and multifunctional agriculture in farmland landscapes: Lessons from the integrative approach of a French LTSER platform. Science of The Total Environment, 627, 822-834.

Carpentier F. and Martin O. (2017) SILand: Spatial Influence of Landscape. R package version 1.0. https://CRAN.R-project.org/package=siland

Chandler, R., &Hepinstall-Cymerman, J. (2016). Estimating the spatial scales of landscape effects on abundance. Landscape ecology, 31(6), 1383-1394.

Hass AL, Kormann UG, Tscharntke T, Clough Y, et al. (2018) Landscape configurational heterogeneity by small-scale agriculture, not crop diversity, maintains pollinators and plant reproduction in western Europe. Proc. R. Soc. B 2018 285 20172242;

Klein A.M., Vaissière B.E., Cane J.H., Steffan-Dewenter I., Cunningham, Kremen C. &Tscharntke T. (2007) Importance of pollinators in changing landscapes for world crops. Proceedings of the Royal Society London B. 274 (1608) 303—313.

Odoux, J. F., Aupinel, P., Gateff, S., Requier, F., Henry, M., & Bretagnolle, V. (2014). ECOBEE: a tool for long-term honey bee colony monitoring at the landscape scale in West European intensive agroecosystems. Journal of Apicultural Research, 53(1), 57-66.

Piry, S., Chapuis, M. P., Gauffre, B., Papaïx, J., Cruaud, A., & Berthier, K. (2016). Mapping Averaged Pairwise Information (MAPI): a new exploratory tool to uncover spatial structure. Methods in Ecology and Evolution, 7(12), 1463-1475

Potts S.G., Vulliamy B., Dafni A., Ne'eman G. &Willmer P. (2003). Linking bees and flowers: how do floral communities structure pollinator communities? Ecology, 84, 2628-2642.

Ricci, B., Franck, P., Toubon, J. F., Bouvier, J. C., Sauphanor, B., & Lavigne, C. (2009). The influence of landscape on insect pest dynamics: a case study in southeastern France. Landscape Ecology, 24(3), 337-349.

Rollin, O., Bretagnolle, V., Decourtye, A., Michel, N., Vaissière, B.E. & Henry, M. (2013) Differences of floral resource use between honey bees and wild bees in an intensive farming system. Agriculture, Ecosystems & Environment, 179, 78–86.

Formations et compétences attendues

Profil du candidat

Nous recherchons un-ecandidat-e avec un fort intérêt pour les approches interdisciplinaires. Les profils recherchés sont :

- Master 2 (ou équivalent) en écologie avec de bonnes bases en statistiques et une ouverture vers le développement méthodologique ;

- Master 2 (ou équivalent) en statistiques appliquées avec des connaissances en écologie et un fort intérêt pour les problématiques d’agroécologie.

Des connaissances en SIG et/ou du langage R et /ou en gestion de base de données seraient un plus. Une forte motivation pour la recherche et de bonnes aptitudes en travail d’équipe sont indispensables. Esprit d’initiative, créativité, rigueur et persévérance seront appréciés. Excellentes capacités de rédaction, maîtrise écrite et orale de l’anglais. L’étudiant-e devra contribuer aux activités communes du laboratoire et être mobile entre les différents sites du projet. Le travail de thèse sera financé grâce au projet MP SMACH ESPACE et à l’aide de financements complémentaires du CNRS et de l’INRA.

Pour candidater, envoyez une lettre de motivation (1 page maximum avec une proposition de projet de recherche), un CV détaillé incluant notamment les notes de master, les coordonnées de personnes pouvant vous recommander, et toute autre pièce qui vous paraît utile en lien avec les compétences attendues, à Florence Carpentier (florence.carpentier@agroparistech.fr), Sabrina Gaba (sabrina.gaba@inra.fr) & Olivier Martin (olivier.martin@inra.fr)avant le 25 mai 2018. Nous contacterons les candidat-e-s début juin pour un éventuel entretien mi-juin.

Contact

Nom
Florence Carpentier / Sabrina Gaba / Olivier Martin
Email
florence.carpentier@agroparistech.fr;sabrina.gaba@inra.fr;olivier.martin@inra.fr