• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Post-doc : identification des régulateurs impliqués dans l’activation de mTOR par les acides aminés chez la truite arc-en-ciel
Référence
1515744861
Date limite pour postuler
01/04/2018
Date de publication
12/01/2018

Caractéristiques

Précision sur la nature du contrat
Contrat postdoc
Durée du contrat
3 ans (+2 ans en option)
Date de début de contrat
01/09/2018

Rémunération
34 k€ / an

Affectation

Nom de l'unité d'affectation
UMR1419 NUMEA Nutrition, Métabolisme, Aquaculture
Adresse de l'unité d'affectation
INRA Aquapôle de Saint-Pée-sur-Nivelle - 173 Route de Saint-Jean-de-Luz RD 918 - 64310 SAINT-PEE-SUR-NIVELLE
Site web de l'unité d'affectation
https://www6.bordeaux-aquitaine.inra.fr/st_pee_eng/UR-NuMeA
Région de l'unite d'affectation
Nouvelle-Aquitaine

Descriptif

Environnement de travail

Description de l’unité et de l’équipe d’accueil :

Les recherches réalisées au sein de l’UMR1419 INRA-UPPA Nutrition Métabolisme et Aquaculture (NuMeA) sont conduites dans un contexte de raréfaction des ressources marines et d’essor de l’aquaculture au niveau mondial. Elles ont pour objectif de faire progresser notre compréhension des mécanismes cellulaires et moléculaire de contrôle (notamment nutritionnel) des grandes fonctions métaboliques et de la croissance chez les poissons.

 

Missions et activités confiées :

Connaissances actuelles / Projet:

La découverte de la sérine / thréonine kinase appelée mTOR pour « mechanistic Target of Rapamycin » a considérablement contribué à améliorer notre compréhension de la biologie cellulaire. Après plus de 20 ans de recherche, il est désormais admis que mTOR joue un rôle central entre la disponibilité des nutriments et la croissance /prolifération cellulaire. Parmi la multitude de signaux conduisant à l'activation de mTOR, la voie de détection des acides aminés reste encore à clarifier. En effet, de nombreuses études réalisées dans différents modèlesin vitroetin vivo(lignées cellulaires humaines et murines, levures ...) ont identifié les acteurs clés et les voies par lesquelles mTOR détecte les acides aminés. Cependant, ces études, aux conclusions parfois contradictoires, sont loin d'être exhaustives.

Dans ce contexte, l'unité mixte de recherche 1419 INRA-UPPA NuMeA (Nutrition Métabolisme Aquaculture) mène des recherches depuis dix ans sur le rôle des acides aminés dans le contrôle de la voie de signalisation de mTOR chez la truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss). Espèce carnivore stricte, elle est métaboliquement adaptée pour une utilisation élevée des acides aminés alimentaires. Les recherches menées dans cette unité ont ainsi conduit à la caractérisation des principaux acteurs et voies de signalisation impliqués dans le contrôle de mTOR chez cette espèce. Le contrat postdoctoral proposé ici fait ainsi partie intégrante du travail effectué par l'unité sur le rôle des acides aminés dans le contrôle de l’activité de mTOR.

Sur la base d'études antérieures et de résultats préliminaires, notre hypothèse de travail actuelle est que mTOR est moins efficacement activée par les acides aminés chez la truite arc-en-ciel comparativement aux mammifères. Nous visons maintenant à comprendre, au niveau moléculaire, les mécanismes qui affectent la détection des acides aminés par mTOR chez la truite. L'équilibre entre les niveaux d’expression des activateurs de mTOR et de ses répresseurs ainsi que l'identification de répresseurs de mTOR spécifiques à la truite représentent quelques exemples d'expériences que le candidat sera encouragé à explorer afin de mieux caractériser la détection des acides aminés par mTOR chez la truite. Des stratégies dirigées (telles que l’utilisation d’ARN interférence ou bien encore la technique CRISPR / Cas9 d'édition du génome) combinées à un criblage haut débit basé sur une voie régulée par mTOR seront utilisées pour mener avec succès cet ambitieux projet. Une fois que le candidat aura identifié et étudié les gènes clés impliqués dans la machinerie de détection des acides aminés par mTOR dans les lignées cellulaires de poisson, le projet sera complété par des expériencesin vivoafin de déterminer les conséquences liées à la dérégulation de ces gènes sur la physiologie de la truite, son métabolisme et sa croissance.

Le post-doc travaillera au sein d’un groupe jeune et dynamique en collaboration avec des experts scientifiques locaux, nationaux et internationaux. Il/Elle aura également l’opportunité d’être impliqué dans le programme d’enseignements de l’université de Pau pour un total de 64h par an.

 

Mots clefs : mTOR, métabolisme des acides aminés, autophagie, poisson, aquaculture

Formations et compétences attendues

Formation recommandée : Doctorat de biochimie ou de biologie cellulaire
Connaissances souhaitées : Métabolisme, autophagie, signalisation
Expérience appréciée : Criblage à haut débit
Aptitudes recherchées : Anglais courant, autonomie, rigueur et passion pour la biologie. Maitrise des techniques de biologie moléculaire et cellulaire.

 

Transmettre par email dans un fichier pdf unique : un CV, une lettre de motivation, un résumé des recherches passées (2 pages maximum) et les détails (téléphone et email) d’au moins 3 référents :

PhD.Postdoc.E2S.NuMeA@gmail.com