Stage : Ingenieur agronome / Master 2
Référence
1508761041
Date limite pour postuler
30/11/2017
Date de publication
23/10/2017

Caractéristiques

Précision sur la nature du contrat
Stage
Durée du contrat
6 mois
Date de début de contrat
01/02/2018

Domaine professionnel
Expérimentation et production animales

Affectation

Nom de l'unité d'affectation
UMR1213 UMRH Unité Mixte de Recherche sur les Herbivores
Adresse de l'unité d'affectation
INRA Site de Theix - 63122 SAINT-GENES-CHAMPANELLE
Région de l'unite d'affectation
Auvergne Rhône-Alpes

Descriptif

Environnement de travail

Le sujet de ce stage :  s’insère dans le cadre du projet BAuCAVE  dont l’objectif est l’étude des relations entre les pratiques d’élevage et les performances des bovins, les propriétés des carcasses et les qualités des viandes. Le sujet proposé répond plus précisément à l’analyse du jeu de données METABIOM  obtenu sur plusieurs races et types d’animaux (jeunes bovins, génisses, bœufs et vaches) englobant des informations sur les pratiques d’élevages, les propriétés des carcasses et des qualités viandes (pH, couleur, texture et flaveur).

Pour la filière viande bovine, l’objectif est de produire des viandes répondant au mieux et de façon régulière aux attentes des consommateurs, afin d’en obtenir une forte valorisation et ainsi contribuer à la durabilité de la filière. Par ailleurs, à l’aval de la filière, il y a un fort souhait de garantir une régularité de la qualité de viande en particulier sensorielle, à savoir la couleur, la tendreté et la jutosité afin de satisfaire le consommateur et de le fidéliser.

 

Afin de maitriser et comprendre les facteurs affectant la variabilité à la fois des propriétés des carcasses et des qualités de viande, de nombreux outils ont été développés au cours de ces 15 dernières années (Berri et al., 2016 ). Les techniques « omiques », notamment la protéomique, ont été proposées afin d’appréhender et de comprendre le protéome du muscle post-mortem et les mécanismes biologiques associés aux différents critères de la qualité de la viande mais rarement de la carcasse. Ces approches ont permis l’identification de biomarqueurs potentiels, qui sont à la fois explicatifs et prédictifs (Picard et al., 2015  ; Picard et Gagaoua, 2017 ; Gagaoua et al., 2017 ). Cette alternative s’explique par le fait que les approches classiques de classification des carcasses (Monteils et al., 2017 ) et l’étude des caractéristiques des muscles et qualités sensorielles de la viande (Gagaoua et al., 2016 ) étaient basées sur i) des critères ne reflétant pas l’ensemble de la carcasse ou ii) un petit nombre de paramètres/protéines qui ne prenaient pas en compte la complexité et la multitude des mécanismes biochimiques mis en jeu et leurs interactions. Ainsi, les biomarqueurs identifiés à ce jour seraient le reflet des différentes voies métaboliques qui contribuent au développement des qualités de la viande et que nous suggérons aussi pour les propriétés des carcasses. Cependant, il n’existe aujourd’hui que très peu d’études sur les relations entre les qualités carcasses et viande avec les biomarqueurs pour une gestion optimisée du compromis entre ces relations par les pratiques d’élevages (Gagaoua et al., 20176). Il semble ainsi opportun d’approfondir cette problématique sur un jeu de données individuelles obtenu dans le cadre de différentes études expérimentales, en vue de mettre en évidence un compromis optimal entre les pratiques d’élevages, les caractéristiques carcasses et les qualités viandes en fonction du type animal.

 

Thème du stage :

Les objectifs du stage sont i) la mise en relation entre les propriétés carcasses, les qualités viandes et les biomarqueurs en fonction des pratiques d’élevages et le type animal en utilisant des approches statistiques multivariées et innovantes ; et ii) d’identifier pour chaque trait de qualité de viande et dans l’ordre de leur appréciation, à savoir la couleur, le pH, la texture avec ces deux composantes tendreté et jutosité et enfin la flaveur, les leviers permettant une meilleure gestion et compréhension des mécanismes sous-jacents

Formations et compétences attendues

Compétences acquises et personnelles

Etudiant ingénieur agronome, ou Master 2 avec un parcours en sciences biologiques ou alimentaires.

Compétences en traitement de données et analyse statistiques.

Autonome dans l’organisation et la réalisation du travail.

Connaissances en élevage de bovins viande.

Une connaissance théorique des techniques de biologie moléculaire est souhaitée.

Maitrise des outils informatiques de bureautique et de statistiques : Word, Excel, XLStat, R…

Des connaissances en bio-informatique et gestion des bases de données seraient aussi un atout pour le stagiaire

Maitrise de l’anglais est fortement souhaité, notamment pour la lecture d’articles scientifiques du domaine.

 

Candidatures : Transmettre une lettre de motivation et un CV détaillé à Mohammed Gagaoua

Date limite de candidature : 30/11/2017

Contact

Nom
Mohammed Gagaoua
Email
mohammed.gagaoua@inra.fr