Évaluation des stratégies anti-résistance aux fongicides par l'évolution expérimentale: le cas de Zymoseptoria tritici, l'agent causal de la septoriose (h/f)
Référence
1499864764
Date limite pour postuler
05/09/2017
Date de publication
12/07/2017

Caractéristiques

Précision sur la nature du contrat
Contrat de thèse
Durée du contrat
3 ans
Date de début de contrat
01/01/2018

Rémunération
Salaire brut annuel minimum 23 484€

Affectation

Nom de l'unité d'affectation
UMR1290 BIOGER BIOlogie GEstion des Risques en agriculture
Adresse de l'unité d'affectation
INRA Grignon 78850 THIVERVAL-GRIGNON
Site web de l'unité d'affectation
http://www.versailles-grignon.inra.fr/bioger
Région de l'unite d'affectation
Ile-de-France

Descriptif

Environnement de travail

ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL / ACTIVITÉS

Les fongicides modernes contribuent à la production agricole mondiale, mais leur durabilité est menacée par l'évolution généralisée des agents pathogènes des plantes résistant aux fongicides. Un défi majeur pour la protection des cultures est d'améliorer la durabilité des molécules disponibles tout en réduisant et en optimisant leur utilisation. La prévention et la gestion de la résistance reposent sur l'introduction de méthodes alternatives ainsi que sur le déploiement habile des molécules dans le temps et l'espace, à une dose appropriée. Néanmoins, la communauté scientifique est divisée sur l'efficacité respective des différentes stratégies, alternance, mosaïque, mélange ou modulation de la dose, afin de retarder l'émergence et la propagation de la résistance.

La durabilité des stratégies anti-résistance a été explorée à partir de données empiriques et principalement par la modélisation sans qu’il soit possible d’adopter une position tranchée dans ce débat, probablement parce que l'intérêt des stratégies peut différer selon la biologie de l'organisme et la génétique de la résistance.

La résistance peut être conférée par des mutations qui entraînent des changements structurels de l'enzyme cible fongicide (résistance au site cible), ce qui entraîne une résistance spécialisée à une seule classe de fongicides. Alternativement, la résistance au site non cible peut conduire à des phénotypes de résistance spécialisés ou généralistes. Les phénotypes généralistes peuvent présenter une résistance imprévisible à plusieurs classes de fongicides non apparentés. Ces mécanismes de résistance nécessitent des investissements différents en ressources et peuvent donc être associés à des pénalités contrastées. L'évolution de la résistance résulte du compromis entre une sélection positive entraînée par des fongicides et une sélection négative, c'est-à-dire la pénalité physique. Par conséquent, sans une connaissance approfondie des réponses à la sélection par des applications de fongicides, il ne sera pas possible de prédire ou de manipuler le comportement évolutif des gènes ou des phénotypes de résistance aux pesticides.

 

Zymoseptoria tritici, responsable de la septoriose, est l'agent pathogène fongique le plus préjudiciable du blé. En Europe occidentale, il a progressivement évolué sur le terrain vers une résistance à tous les inhibiteurs actuels, conduisant à des pertes d'efficacité contrastées, selon les modes d'action. Ces résistances peuvent être provoquées soit par la cible ou par des mécanismes non-cible. De nombreux outils biologiques ou moléculaires sont disponibles pour quantifier les différents génotypes résistants, faisant de Z. tritici un excellent modèle pour étudier la gestion de la résistance, au moyen de l'évolution expérimentale.

Ce projet vise à répondre aux questions suivantes :

"Quels sont les facteurs de sélection de résistance Z. triciti?

Comment les utiliser pour améliorer la durabilité des stratégies anti-résistance dans Z. tritici? "

Il est clair que, dans ce projet, nous sommes principalement intéressés par le mode de sélection des fongicides, l’évaluation de l'efficacité des stratégies anti-résistance et l’apport de nouvelles composantes dans le débat décrit précédemment, tout en utilisant une approche d'évolution expérimentale.

 

 

L'évolution expérimentale tend à accélérer dans les conditions normalisées et miniaturisées en laboratoire de la sélection naturelle entraînée par les fongicides sur le terrain. Chez les microorganismes, l'évolution expérimentale est généralement utilisée pour évaluer le risque de résistance de aux fongicides ou aux antibiotiques grâce à la caractérisation ultérieure de mutants évolués. Nous proposons d'utiliser l'évolution expérimentale pour comparer les stratégies anti-résistance dans les conditions standard et estimer les coefficients de sélection par la modélisation de la dynamique de la population.

Formations et compétences attendues

Formation et compétences attendues

Les candidats auront une formation (maîtrise ou ingénieur) en pathologie végétale et / ou en microbiologie. Des connaissances dans les sciences de l'évolution sont un avantage pour cette position tout comme des compétences, ou une forte motivation pour l'analyse statistique et la modélisation.

Les candidats maîtriseront l'anglais scientifique

Contact

Nom
Walker Anne-Sophie
Email
Anne-sophie.walker@inra.fr