• Reduce text

    Reduce text
  • Restore text size

    Restore text size
  • Increase the text

    Increase the text
  • Print

    Print
Visiteurs sur le  STAND  INRA au  SALON INTERNATIONAL DE L'AGRICULTURE  2015 (21 février - 1er mars).. © © INRA, MAITRE  Christophe

Repenser la viticulture

Avancée des dates de vendanges, stress hydriques plus marqués certaines années pour la vigne, vins plus alcoolisés, moins acides, avec de nouveaux profils aromatiques... Le changement climatique marque déjà la viticulture et les vins français. Dans le cadre du programme Laccave, l'Inra étudie les stratégies d’adaptation au changement climatique pour la vigne et le vin en France.

Updated on 03/13/2015
Published on 02/20/2015
Keywords:

Les effets du changement climatique vont s’amplifier, avec des conséquences positives ou négatives, variables selon les vignobles. Comment les viticulteurs peuvent-ils s’adapter ? Quels scénarios pour les régions viticoles françaises en 2050 ? Ces questions sont à l’origine du projet Laccave* (2012-2015) qui fait partie du nouveau programme de l’Inra sur l’adaptation de l’agriculture au changement climatique (Accaf). Ce projet rassemble vingt-trois laboratoires de recherche, répartis dans toute la France, pour évaluer les effets du changement climatique sur la vigne et le vin, explorer les stratégies d’adaptation et proposer des scénarios pour les régions viticoles françaises.

L’approche est pluridisciplinaire en mobilisant des travaux de climatologie, génétique, écophysiologie, agronomie, œnologie, économie, sociologie... De multiples solutions sont étudiées, en raisonnant la localisation des vignes en fonction des innovations possibles, depuis le choix du cépage jusqu’aux techniques œnologiques, mais en s’intéressant aussi à l’évolution des préférences des consommateurs et aux transformations de la législation vitivinicole. Les analyses s’effectuent à plusieurs échelles (plante, parcelle, exploitation, vignoble régional et secteur) avec une attention particulière aux niveaux régionaux où se différencient les impacts climatiques et peuvent se coordonner les stratégies d’adaptation.

L’objectif : construire des outils de modélisation pour prédire l’impact du changement climatique sur la viticulture et la production de vin en quantité et qualité. Construire et intégrer les connaissances pluridisciplinaires nécessaires au développement d’innovations susceptible d’aider à l’adaptation au changement climatique. Proposer des scénarios cohérents d’adaptation évalués sur le plan économique, social et environnemental.

Sur le stand :

  • les consommateurs peuvent-ils reconnaître et accepter les impacts du changement climatique sur les caractéristiques du vin (alcool, acidité, arôme) : dégustation de vin de Pech Rouge avec taux d’alcool et d’acidité différents,
  • un dispositif de mesure d’échanges H2O et CO2 (chambre d’assimilation) sur grandes plantes, en conditions constantes ou fluctuantes pour étudier les bases génétiques et physiologiques de l’adaptation à la sécheresse, au stress hydrique...
  • la localisation/relocalisation des vignobles : étudier la diversité des effets du climat à l’échelle d’un terroir pour simuler les évolutions possibles et montrer les marges de manœuvre disponibles.

* Long term impacts and Adaptations to Climate Change in Viticulture and Enology

Contact(s)
Scientific contact(s):

Associated Division(s):
Science for Action and Development, Environment and Agronomy
Associated Centre(s):
Occitanie-Montpellier, Nouvelle-Aquitaine-Bordeaux

L'unité AgroClim

Compiler les données météorologiques

L’objectif des activités de l'unité AgroClim est de construire un panel d’indicateurs permettant d’étudier les évolutions induites par le climat sur les agrosystèmes :

  • hiérarchiser les effets du climat présent et futur, en lien avec le changement climatique, sur les agrosystèmes (grandes cultures, arboriculture, viticulture, forêt).
  • assurer la gestion du réseau agroclimatique de l’Inra. Ce service recouvre les activités d’installation, de maintenance des stations météorologiques, d’étalonnage des capteurs et de mise à disposition des
  • données.
  • AgroClim est le guichet unique d’entrée des unités Inra pour l’obtention de données auprès de Météo-France.

L’échelle spatiale privilégiée des travaux est nationale. Les échelles de temps concernent à la fois le passé et le présent, le futur à moyen terme (horizon 2050) et long terme (horizon 2100) pour évaluer les risques et/ou les opportunités des agrosystèmes face à l’évolution attendue du climat.

Sur le stand :

  • une station agroclimatique de mesure et la présentation du réseau national Inra,
  • un service climatique d’impact : la VeilleAgroClimatique.