• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Pauline Souvignier, créatrice de synergies

En tant que business developer, Pauline Souvignier travaille en amont de la chaîne de l’innovation de l’Inra. Elle apporte son expertise et sa compréhension de l’écosystème global de l’alimentation et de la Foodtech afin de combler les attendus du secteur. Rencontre avec une jeune femme passionnée par la nutrition santé, les échanges et la création de synergies.

Pauline SOUVIGNIER, Inra transfert.. © Inra, MAITRE Christophe
Par Anaïs Bozino
Mis à jour le 13/11/2019
Publié le 18/10/2019

«J’ai toujours voulu être utile à la société ». C’est sur ce leitmotiv que Pauline Souvignier bâtit son parcours professionnel. Elle allie ainsi une formation d’ingénieur agronome à des premières expériences très variées en recherche, « car je souhaitais faire le lien entre recherche et innovation » précise-t-elle. Dans cet objectif, pendant sa formation d’ingénieur spécialisée en sciences et technologies de l’alimentation et de la nutrition, elle choisit de faire deux stages en recherche médicale fondamentale, aux États-Unis, dans le domaine de la thérapie génique, ainsi qu’en France en malnutrition fœtale. Afin d’appréhender la recherche pour le développement sur le terrain, elle met ensuite le cap sur le Burkina Faso où, pendant six mois, elle s’intéresse à la malnutrition des enfants. Curieuse de comprendre aussi, chemin-faisant, comment fonctionne une entreprise, elle conjugue ces expériences avec un stage dans une petite exploitation viticole, au début de ses études d’ingénieur. Puis travaille, l’année de son diplôme, chez Oenobiol en tant que chef de projets innovants en recherche et développement (R&D), à l’occasion d’un stage ensuite transformé en CDD.

Créer des synergies et fédérer

Ces expériences - toutes enrichissantes – l’éclairent sur la voie professionnelle à emprunter : « l’envie de créer des synergies, des liens, du dialogue, de fédérer et aussi de transformer des pratiques pour les rendre plus efficaces, est un véritable moteur pour moi » en conclut Pauline. Elle décide ainsi de revenir vers le service public, mais cette fois, elle sait que ce n’est pas la recherche en laboratoire qui l’attire. Elle est embauchée par Inra Transfert en 2009 en tant que chargée d’affaires pour monter un réseau de laboratoires aux compétences transversales en alimentation en vue de l’obtention du label Carnot. Elle travaille en équipe sur ce projet de structuration et de valorisation de la recherche partenariale. « Nous avons obtenu le label Carnot ! À partir de là, il m’a été confié une mission de business developper pour offrir de la visibilité au réseau Qualiment auprès des entreprises et pour l’intégrer dans l’écosystème d’innovation » raconte Pauline Souvignier.

« Les Carnot sont des fers de lance »

Le label Carnot est décerné par le Ministère de la recherche et de l’innovation pour garantir aux entreprises l’excellence scientifique et partenariale de la recherche publique. Lorsque les entreprises ont des besoins d’innovation, des problèmes qu’elles n’arrivent pas à résoudre, elles peuvent se tourner vers le réseau Carnot afin de rencontrer un ou plusieurs interlocuteurs qui soient capables de leur répondre.  « L’objectif est d’accompagner les entreprises dans leurs développements d’innovations pour qu’elles puissent gagner en compétitivité et en performance tout en ayant un impact positif sur la société en terme de santé publique et de développement durable » explique notre business developper. La thématique de prédilection de Pauline ? L’alimentation, véritable enjeu de santé publique. La FoodTech fait en effet l’objet d’un engouement mondial aujourd’hui.

Génératrice d’idées

Pauline Souvignier communique et réfléchit aux moyens de fédérer ses interlocuteurs autour du réseau Carnot Qualiment, aussi bien en interne qu’en externe. « Il est essentiel que chacun perçoive l’intérêt du dispositif pour y adhérer ! ». Comprendre et répondre à des problématiques différentes en fonction de chaque demande d’entreprise, trouver le bon interlocuteur dans les laboratoires, concevoir des évènements de networking avec les pôles de compétitivité et syndicats professionnels, travailler sur des outils de communication… Pauline travaille aussi bien avec des chercheurs, des structures d’appui à la recherche, des grandes entreprises que des startups. « Chaque jour, mon métier est différent, c’est passionnant ! » s’enthousiasme Pauline. « La transversalité me permet d’avoir une vision complète du sujet et de générer des idées en croisant les compétences ! »

Mini-CV

Formation

Ingénieur Agronome – Agronomie Approfondie en Sciences et Technologies de la Biologie, la Nutrition et l’Alimentation

Expériences professionnelles

  • 2009-2019 : Successivement Chargée d’affaires projet « Carnot » en phase pilote, et business developer-Inra Transfert-
  • 2008-2009 : Chef de projets innovants en R&D – Oenobiol

Stages (2005-2008)

  • Chef de projet dans l’équipe Recherche et Développement, entreprise Oenobiol, Paris
  • Année de césure : Recherche en malnutrition fœtale, Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (Inserm), Paris et Développement de la consommation d’aliments adaptés aux jeunes enfants, Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et Groupement de Recherche et d’Echanges Technologiques (GRET), Burkina Faso
  • Recherche en thérapie génique, Faculté de médecine de Madison, États-Unis
  • Fonctionnement d’une maison de champagne : vignes, production, distribution, Pierre Gimonnet et fils, Épernay

Loisirs

« J’adore le théâtre, et en particulier travailler un texte ou un personnage complexes pour les rendre compréhensibles  par tous en les jouant sur scène, et j’ai également écrit un rôle ». Elle pratique le piano depuis de nombreuses années, et l’accordéon depuis peu.