• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Un homme à la barre

À la pointe du Finistère et de la recherche aquacole, Laurent Labbé, passionné conduit sa barque comme un fameux trois mats. À la tête de 13 personnes et 45 000 truites, ce directeur d’unité ingénieux et dévoué, tient bon la vague et tient bon le vent,… toujours droit devant.

Laurent Labbé est lauréat du Laurier ingénieur 2014. © INRA, C. Maître
Par Cécile Poulain
Mis à jour le 03/07/2017
Publié le 05/11/2014

Comme une passion dans l’eau

« IL EST BEAU MON POISSON !!». On l’imaginerait mal à la criée, Laurent Labbé, avec son filet de voix.

Et pourtant il est beau son poisson. Une belle truite d’eau douce à la chair rose bien grasse, de deux bons kilos, et écolo. Fumée sur place ; un régal. À Sizun, au Finistère où commence la mer, on les engraisse au vert, ces truites arc-en-ciel, « 100 % au végétal. Nous avons conçu une nouvelle alimentation et sélectionné les poissons qui la valorisaient au mieux. Cela limite ainsi la surpêche destinée à la transformation en huiles et farines… pour les poissons ! » Créée dans les années 80 pour accompagner la filière saumon d’élevage débutante, l’unité expérimentale se spécialise progressivement dans la truite d’eau douce.

Car il l’aime son poisson. Au hasard d’un voyage au long cours en Équateur, Laurent découvre l’aquaculture. Ce pays, pionnier, a beaucoup investit dans la culture de crevettes. Il s’y pose un an pour y développer un élevage. Dans ses vies antérieures, il a été éducateur d’adultes handicapés, de jeunes en difficultés, éleveur de poulets en Amazonie équatorienne et titulaire d’un BTS agroalimentaire. Aventurier aussi ? Sûrement. De retour en France, il décroche une certification en aquaculture, est embauché dans un élevage privé avant de débarquer, en ciré et bottes, un petit matin pluvieux (1) de 91 à Sizun en tant que responsable d’un élevage expérimental de truites. Dehors, il pleut, il vente (1). Peu importe, ce Haut-Marnais d’origine en pince pour ces poissons d’eau douce : « Un rêve de travailler avec ceux qui imaginent et conçoivent l’aquaculture de demain, débutante en France à l’époque. D’être là où l’on tente de répondre aux interrogations soulevées par les pisciculteurs. »

Un malin d’eau douce

Il l’aime écolo. Entre les bassins où frétillent les truites, Laurent imagine un prototype de recyclage de l’eau via des cultures de bactéries. Grâce à cette « eau recirculée » limitant l’usage de l’eau et les rejets dans l’environnement, l’ingénieux réduit par dix la consommation d’eau d’un élevage classique ! Partenaires institutionnels et professionnels s’intéressent de près à l’innovation.

Il l’aime sa station expérimentale. En association avec les spécialistes en aquaculture, Laurent élabore des programmes de recherche, conçoit des protocoles et met à disposition les compétences ou matériels de son unité. « J’apprécie ce contact avec ces chercheurs passionnés de partout et d’ailleurs ». L’éleveur de poissons expérimentaux passe directeur en 2004. 12 personnes, 380 bassins, 45 000 truites, 300 000 euros à gérer et toute une restructuration à porter. « On m’a fait confiance pour les choix. J’ai été bien soutenu financièrement, bien accompagné. » C’est un succès : il réorganise en profondeur, intègre, modernise et développe la station.

On l’aime aussi. « Avec un sens aigu du collectif et un souci de la valorisation des ressources humaines », Laurent gère ses hommes comme ses truites, avec douceur et efficacité. Il sait fédérer l’équipe autour d’un projet collectif. Un travail sans arrêtes.

(1) Note inventée par le rédacteur.

Laurent Labbé, lauréat du Laurier ingénieur 2014, et son équipe. © Inra, Ch Maître
Laurent Labbé, lauréat du Laurier ingénieur 2014, et son équipe. © Inra, Ch Maître

en español

Et l'Inra ?

« J’aime la diversité des tâches à accomplir ; management, appui technique, recherche. La gestion d’une unité expérimentale est une sorte d’alchimie qui faut faire monter en sauce… C’est un ensemble, tant le contact avec les gens du terrain, que des chercheurs au loin qui font avancer ce domaine que j’affectionne. »

Mini - CV

  • 53 ans, 3 enfants
  • 1989 : BTS Tradicopa agroalimentaire
  • 1990 : certificat de spécialisation en aquaculture
  • 1991 : recrutement à l’Inra comme responsable d’élevage à la Station expérimentale marine Inra Ifremer de Sizun
  • Depuis 2004 : directeur de l’unité expérimentale Pisciculture expérimentale Inra des Monts D’Arrée (Peima)

Prix

  • Laurier ingénieur de l'Inra 2014