• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

La voie de l’éco

Le Laurier Espoir scientifique 2018 de l’Inra est décerné à Christophe Gouel, économiste et chargé de recherche à l’unité Économie publique de l’Inra Île-de-France – Versailles-Grignon. Un expert des soubresauts du commerce mondial, acteur d’une science ouverte.

Lauriers Inra 2018, portrait de Christophe GOUEL, prix espoir scientifique. Chercheur au sein de l'unité d'économie publique, dans le département de recherche SAE2 (Sciences Sociales, Agriculture et Alimentation, Espace et Environnement).. © Inra, MAITRE Christophe
Par Catherine Foucaud-Scheunemann
Mis à jour le 13/12/2018
Publié le 06/12/2018

Blé, riz, maïs soja… autant de denrées alimentaires dont les prix peuvent varier de façon importante et sans préavis, ou presque, sur les marchés agricoles mondiaux. La volatilité et plus encore les politiques de stabilisation des prix, Christophe Gouel, chargé de recherche dans l’unité Economie publique (EcoPub) du centre Inra Île-de-France – Versailles-Grignon, s’y intéresse depuis longtemps, acquérant au fil des ans une expertise que récompense aujourd’hui le Laurier Espoir scientifique 2018.

 

Des politiques de stabilisation des prix des denrées alimentaires…

Discret, réservé, Christophe se livre à voix feutrée.

Son intérêt pour l’économie éclot au cours de ses études à l’Ecole normale supérieure de Cachan. Il développe ensuite son goût pour les questions agricoles, travaillant sur la question de la volatilité des prix agricoles dans un contexte où les marchés agricoles mondiaux, stables, doivent composer avec des politiques qui changent. Ce qui était un sujet prémonitoire devient réalité. En 2007-2008, le monde est secoué par une crise alimentaire alors que C. Gouel débute sa thèse de doctorat sur la dynamique des prix agricoles.

Christophe analyse alors les politiques de stabilisation des prix des denrées alimentaires, comparant sur fond de modélisation économique, les instruments de politique mis en œuvre (stockage publique, taxes à l'importation et à l'exportation, aides aux consommateurs pauvres…). Il montre comment les politiques de stockage publique pourraient être ajustées pour être plus efficaces et pourraient être utilement associées avec des politiques commerciales. Il souligne aussi les problèmes de coordination internationale inhérents à ces politiques : une combinaison de politiques qui améliore la situation d’un pays peut fortement nuire à ses partenaires commerciaux en augmentant la volatilité des prix auxquels ils doivent faire face. Ces effets négatifs sur les partenaires sont au cœur de certaines négociations difficiles à l’Organisation mondiale du commerce et les travaux de Christophe éclairent les raisons de ces blocages.  

Quelques mois plus tard, au cours de son post-doc, il va appliquer ses outils à des études de cas, cherchant à évaluer la combinaison de politiques alternatives en vue d’améliorer la sécurité alimentaire des pays d'Afrique du Nord, du Moyen-Orient et d’Asie du sud.

Une science ouverte pour transmettre

Soucieux de partager avec le plus grand nombre, C. Gouel aura à cœur de mettre à la disposition de la communauté scientifique, sous forme de logiciel libre, les programmes qui permettent de résoudre les modèles développés au cours de son travail.

 

« Quand on s’intéresse à l’économie agricole, impossible de ne pas penser à l’Inra ».

Recruté en 2012 en qualité de Chargé de recherche dans l’unité EcoPub, C. Gouel s’y sent depuis comme un poisson dans l’eau, évoquant avec enthousiasme la dynamique d’un collectif institutionnel auquel il est fier d’appartenir, la grande liberté académique et les moyens dont il jouit pour travailler, sans oublier la confiance – dont il se sent redevable - que lui ont accordée ceux qui le guidèrent dans ses débuts et qui, depuis, sont devenus des collègues, Jean-Christophe Bureau, Sébastien Jean ou encore Jean-Marc Bourgeon.

… à la sécurité alimentaire mondiale

Si Christophe poursuit son travail sur les politiques de stabilisation des prix, cherchant notamment à comprendre les causes des variations des prix des denrées alimentaires sur les marchés mondiaux, il inscrit désormais ses travaux dans des perspectives plus larges. Il se concentre dès lors sur l’impact des changements (changement climatique, transitions nutritionnelle et démographique…) sur la sécurité alimentaire mondiale, croisant là les thématiques du métaprogramme « Transitions pour la sécurité alimentaire mondiale » (GloFoods) piloté par l’Inra et le Cirad.

Début 2017, il s’envole pour les Etats-Unis où, durant 18 mois, il va tirer profit de  la grande expérience de l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) sur les questions de sécurité alimentaire globale pour s’intéresser au rôle du commerce international dans l’adaptation au changement climatique, à savoir dans quelle mesure le commerce international limite les pertes économiques liées à la réduction des rendements en permettant une réorganisation des productions agricoles à l’échelle mondiale.

C’est sur les routes des States, alors qu’il profitait de quelques moments libres en famille, qu’il a décroché son téléphone pour apprendre de la voix de Philippe Mauguin, PDG de l’Inra, qu’il était sélectionné pour recevoir un Laurier Espoir scientifique. Un roadtrip dont il se souviendra longtemps. 

Lauriers Inra 2018, portrait de Christophe GOUEL, prix espoir scientifique.. © Inra, MAITRE Christophe
Lauriers Inra 2018, portrait de Christophe GOUEL, prix espoir scientifique. © Inra, MAITRE Christophe

Contact(s)
Département(s) associé(s) :
Sciences sociales, agriculture et alimentation, espace et environnement
Centre(s) associé(s) :
Versailles-Grignon

Et après ?

Aujourd’hui, C. Gouel envisage son futur avec sérénité : un soupçon de volatilité des prix et deux pincées de sécurité alimentaire mondiale tandis qu’il s’ouvre à d’autres disciplines au gré de ses collaborations – agronomie, physique, élevage et toujours économie…- et des projets qu’il développe notamment dans le cadre de l’Institut Convergences CLand.

Cérémonie des Lauriers, perspectives renouvelées et projets qui débutent. Christophe Gouel pense avec nostalgie à la petite pause qu’il s’est accordée courant octobre : un peu d’escalade dans le Sud de la France, le temps de satisfaire une passion qu’il partage depuis longtemps en famille même s’il dit être « un éternel débutant ».

Mini CV

38 ans, marié, deux enfants

Parcours

  • Depuis 2012 Chargé de recherche, Inra
  • 2011-2012    Consultant, Banque mondiale (USA)
  • 2008-2016    Chercheur associé, Centre d’études prospectives et d'informations internationales (CEPII)
  • 2006-2008    Economiste, CEPII

Formation

  • 2016 Habilitation à diriger les recherches (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • 2011 Doctorat en économie (Ecole polytechnique)
  • 2006 Ecole nationale du génie rural, des eaux et des forêts
  • 2004 Master, Economie de l’environnement (Univ. Paris Ouest)

Prix et distinctions

  • 2018 Laurier Inra Espoir scientifique
  • 2015 Prix de l’Association européenne des économistes agricoles

En savoir plus

Gouel C. and Guimbard H. (2018) Nutrition Transition and the Structure of Global Food Demand. American Journal of Agricultural Economics. Published: 19 June 2018, https://doi.org/10.1093/ajae/aay030
Gouel C. and Legrand N. (2017) Estimating the Competitive Storage Model with Trending Commodity Prices. Journal of Applied Econometrics, 32, 744.
Gouel C. (2016) Trade Policy Coordination and Food Price Volatility. American Journal of Agricultural Economics, 98, 1018.
Gouel C. et al. (2016) Managing Food Price Volatility in a Large Open Country: The Case of Wheat in India. Oxford Economic Papers, 68, 811.