• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Le Congrès Phloème 2018 récompense le travail de thèse de deux doctorants Inra

Les thèses de Nicolas Urruty et Clémence Ravier ont été distinguées pour leur aspect prometteur pour la filière céréales.

Les thèses de Nicolas Urruty et Clémence Ravier, distinguées au Congrès Phloème 2018 pour leur aspect prometteur pour la filière céréales © Nicole Cornec, Arvalis – Institut du végétal
Par Catherine Foucaud
Mis à jour le 01/02/2018
Publié le 31/01/2018

Les 24 et 25 janvier 2018, s’est déroulé à Paris le Congrès Phloème - Premières biennales de l’innovation céréalière, sous l’égide d’Arvalis-Institut du végétal, en collaboration avec l’Inra. Ces deux journées ont été l’occasion de partager les connaissances les plus récentes, les nouvelles références techniques et les dernières innovations technologiques pour améliorer la multi-performance des systèmes céréaliers et de leurs filières.
Elles ont aussi permis de valoriser de jeunes chercheurs pour des travaux de thèse qui apportent une innovation remarquable pour la filière céréalière. Quinze thèses ont été sélectionnées en amont par le Comité scientifique du Congrès Phloème, deux ont été distinguées. Nicolas Urruty a reçu le trophée de la thèse la plus prometteuse, catégorie « Méthodologies innovantes », Clémence Ravier s’est vu décerner le trophée de la thèse la plus prometteuse, catégorie « Outils et services ». Un grand moment d’émotion pour les deux lauréats qui ont réalisé ces travaux à l’Inra et qui se sont vus remettre leur prix par Christine Cherbut, présidente du Comité scientifique de Phloème et directrice générale déléguée aux affaires scientifiques de l’Inra.

Nicolas Urruty, du blé tendre aux lauriers

Diplômé de l’École nationale supérieure agronomique (INP-Ensat) de Toulouse, Nicolas Urruty s’est progressivement spécialisé dans l'étude des systèmes de culture permettant de combiner de bonnes performances sur les différents volets de la durabilité. C’est en janvier 2017, qu’il a soutenu avec succès sa thèse de doctorat en agronomie, écologie, environnement - Robustesse du rendement du blé tendre face aux perturbations abiotiques et biotiques : cadre méthodologique et leviers agronomiques, dans le cadre de l’École doctorale Sciences pour l’environnement « Gay Lussac », Université de Poitiers. Réalisée sous la direction de Christian Huyghe, directeur scientifique Agriculture de l’Inra, cette thèse lui aura valu bien des honneurs : premier prix du jury national puis troisième prix du jury international du Concours « Ma thèse en 180 secondes » avant de se voir distinguée dans le cadre du Colloque Phloème 2018.

Clémence Ravier, de l’audace pour revisiter la fertilisation azotée du blé

Ingénieure agronome, Clémence Ravier a soutenu sa thèse de doctorat en Sciences agronomiques - Conception innovante d’une méthode de fertilisation azotée : articulation entre diagnostic des usages, ateliers participatifs et modélisation - dans le cadre de l’École doctorale Agriculture, Alimentation, Biologie, Environnement, Santé, Univiversité Paris Saclay, en février 2017. Réalisée sous la direction de Jean-Marc Meynard - unité mixte de recherche Sciences pour l’action et le développement : activités, produits et territoires (Inra, AgroParisTech) et Marie-Hélène Jeuffroy - unité mixte de recherche Agronomie (Inra, AgroParisTech), cette thèse s’appuie sur une démarche de conception innovante. Clémence Ravier a ainsi exploré un nouveau mode de raisonnement de la fertilisation, en adéquation avec la multiplicité des enjeux autour de l'azote. Elle a mis au point un prototype innovant, favorisant l’apprentissage des agriculteurs vers des pratiques vertueuses, et quasi opérationnel pour gérer et piloter la fertilisation azotée du blé.   

Aujourd’hui, Nicolas Urruty et Clémence Ravier ont quitté les bancs de l’école, se consacrant toujours à la science. Nicolas Urruty travaille désormais dans le domaine de l’expertise-conseil agricole, au service des agricultures, des filières et des territoires au sein d’un grand groupe coopératif tandis que Clémence Ravier construit son projet professionnel.