Les Lauriers de l'Inra 2017

Lauriers 2017

Mis à jour le 14/12/2017
Publié le 20/11/2017

Stéphane Travert, Ministre de l’Agriculture et de l'Alimentation, Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et Philippe Mauguin, président directeur général de l'Inra ont ouvert la cérémonie des Lauriers de l’Inra animée par Thomas Hugues à la Salle Gaveau à Paris. Ils ont ensuite remis, avec Christine Cherbut, directrice générale déléguée aux affaires scientifiques de l'Inra, Fabrice Marty, directeur général délégué à l’appui à la recherche de l’Inra, et Philippe Gillet, président du Conseil scientifique de l'Inra, un trophée aux six lauréats qui récompense leur engagement et leurs résultats dans différents domaines de la recherche agronomique.

L'Inra, une aventure avant tout humaine
 

« L’agriculture du 21e siècle doit relever des défis considérables. Les femmes et les hommes de l’Inra y prennent et y prendront une part active. Assurer bientôt la sécurité alimentaire et nutritionnelle de 9 milliards d’êtres humains, gérer plus durablement les ressources de notre planète en préservant la biodiversité et la santé, lutter contre un changement climatique préoccupant : les enjeux sont cruciaux et nous avons la chance de pouvoir compter sur une recherche agronomique française inventive et audacieuse, reconnue par ses pairs à travers le monde. 

Depuis plus de 70 ans, l’Inra repousse les limites de la connaissance dans les domaines de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement, et propose des solutions adaptées aux problèmes de son époque. La réussite de notre Institut est dès lors synonyme de responsabilité. Aujourd’hui, nous sommes plus de 10 000 chercheurs, ingénieurs et techniciens, engagés quotidiennement pour inventer les systèmes alimentaires et agricoles de demain. Cette aventure collective, exigeante, nourrie de l’équilibre entre recherche fondamentale et appliquée, est avant tout humaine. Ce sont, au sein de nos collectifs, ces histoires et ces réussites humaines que les Lauriers de l’Inra mettent en lumière. L’excellence de notre Institut c’est de produire des connaissances au meilleur niveau et en même temps d’avoir le souci de l’impact de nos recherches et de la production d’innovations utiles à chacun.

Le prix « Appui à la recherche » est remis aujourd’hui à Françoise Macouin pour son rôle clé dans la gestion des ressources humaines du centre Inra Nouvelle Aquitaine-Poitiers. Son évolution de carrière en 30 ans et son implication dans le développement d’outils innovants à l’échelle nationale témoignent de la qualité de son investissement au service des autres.

Le prix « Innovation pour la recherche », revient à Anne Lacroix, ingénieure du Centre Inra Auvergne-Rhône-Alpes à l’approche profondément pluridisciplinaire. Ses contributions dans le champ de l’impact environnemental des systèmes alimentaires et agricoles puis de l’économie de la consommation, au même titre que son énergie déployée pour développer les sciences participatives, trouvent un écho très positif chez ses partenaires dans leur grande diversité.

Le prix collectif « Impact de la recherche » récompense le Laboratoire de Biotechnologie de l’Environnement (LBE) du centre Inra Occitanie-Montpellier. Fort de ses 7 brevets, 11 licences et
2 start-ups, ayant généré plus de 60 emplois industriels, il a fait du développement socio-économique de la bioraffinerie « verte » sa grande réussite. En transformant nos déchets en ressources, il répond aux aspirations de la société comme des industriels.

Le prix « Espoir scientifique » est attribué à Florian Maumus, chargé de recherche dans l’unité Génomique-Info du centre Inra Île-de-France Versailles-Grignon, dont les travaux de bioinformatique à fort impact sur la compréhension des mécanismes d’évolution des génomes des plantes sont prometteurs pour l’avenir de la sélection végétale.

Le prix « Défi scientifique » salue le parcours de Nathalie Gontard qui, en tant que directrice de recherche à l’unité IATE du centre Inra Occitanie-Montpellier, invente des emballages durables et intelligents. Inspirée par ses expériences autour du globe, citée à 500 reprises dans des publications l’an dernier, elle est sans aucun doute une chance pour des systèmes agricoles et alimentaires plus responsables demain.

Le grand prix de la Recherche agronomique, enfin, est décerné cette année à Joël Doré, directeur de recherche à Micalis et directeur scientifique de MetaGenoPolis au centre Inra Île-de-France Jouy-en-Josas. Son nom est indissociable de la spectaculaire avancée de notre connaissance du microbiote intestinal, animal puis humain, en 30 ans. Après avoir réhabilité les microbes auprès du grand public, ses travaux seront décisifs pour demain utiliser leur interaction avec les cellules humaines en nutrition et comme solution thérapeutique aux maladies métaboliques, dégénératives, neurologiques ou inflammatoires.

Je suis particulièrement fier que les parcours récompensés par le jury international de cette 12e édition illustrent aussi bien l’ancrage de notre Institut dans la réalité. Cette réalité ne peut se passer de connaissances scientifiques de pointe pour éclairer toujours plus nos concitoyens et nos décideurs. Elle est celle d’un monde numérique où la bioinformatique est déterminante, d’un monde sous tensions où la question environnementale est centrale pour la transformation de nos systèmes de production, d’un monde en quête de bien-être où la santé et l’épanouissement au travail sont des leviers privilégiés. Nos deux ministres en charge de la recherche et de l’agriculture, Frédérique Vidal et Stéphane Travert, nous honorent de leur présence conjointe et je les en remercie. Ils rappellent ainsi la complémentarité de nos missions et l’approche équilibrée de notre collectif qui pense un monde meilleur et se donne chaque jour les moyens de sa concrétisation. »

Philippe Mauguin, président directeur général de l'Inra

Le jury international

Président du jury :

Philippe Gillet, Vice-président pour les affaires académiques de l'École polytechnique fédérale de Lausanne

Membres :

Pr Reinhart Ceulemans, Université d’Anvers, Belgique
Pr Frans Kok, Université de Wageningen, Pays-Bas
Pr Johann Swinnen, Université catholique de Louvain
Pr Pere Puigdomènech, Institut de biologie moléculaire de Barcelone, Espagne
Pr Agnès Van Den Pol-Van Dasselaar, Université de Wageningen, Pays-Bas
Pr Christine Watson, Université écossaise d’agriculture