Les Lauriers de l'Inra 2015. © Inra, Arnaud Veldeman

Lauriers 2015

Le colza, à force de synergies

Les recherches du « groupe colza » sont devenues autant d'innovations dans les champs et les étables mais aussi dans nos assiettes et nos moteurs. Grâce à un partenariat très vivant avec l’ensemble de la filière agricole et agroalimentaire, ce collectif, dont six chercheurs incarnent le parcours, montre comment peut se construire une science pour l’impact.

Par Nicole Ladet, Pascale Mollier et Eric Connehaye
Mis à jour le 21/12/2015
Publié le 08/12/2015

En 40 ans, le colza, petite espèce européenne, s’est taillé une place de choix aux côtés des grandes oléagineuses : palme, soja, tournesol, arachide.
« L’histoire du colza à l’Inra est une histoire unique » résume Michel Renard, en se penchant sur ses quatre décennies de recherche. Une histoire unique, une synergie exceptionnelle entre la recherche publique et le secteur privé, entre chercheurs de disciplines différentes. Des défis scientifiques relevés depuis 1974 par les équipes de recherche de l’Inra à Rennes, Versailles et Grignon, réunies dans le « groupe colza ».

Objectif : plus d’autonomie pour la France

Ils ont misé sur cette plante, pour surmonter crises ou défis alimentaires. Pour que la France gagne en autonomie, dès les années 70, sur fond d’embargo américain sur le soja, de choc pétrolier et avec un approvisionnement en arachide qui devient aléatoire… jusque dans les années 1990, avec l’utilisation des jachères de la politique agricole commune pour produire des biocarburants... Une quête d’autonomie toujours d’actualité pour de nombreux usages en chimie verte.

Une quête d'autonomie toujours d'actualité

À chaque étape de ces réussites, il a fallu sélectionner les « bons colzas ». « Peu de recherches Inra ont eu autant d’impact… achevé en trois révolutions successives » résume Michel Boucly, directeur du groupe Avril (huiles alimentaires, diester, chimie verte).

Deux révolutions pour le double 0

Première révolution : une huile de qualité pour l’alimentation humaine, avec la sélection de la première variété riche en oméga 3 et sans acide érucique, réputé nocif pour le cœur. Dès les années 70, le partenariat avec le seul sélectionneur privé français permet la création d’autres variétés de ce type et leur diffusion sur deux tiers des surfaces en Europe.
Le groupe colza réussit ensuite à diminuer la teneur en composés soufrés des tourteaux, coproduits de l’extraction de l’huile. On peut dès lors nourrir les animaux avec ces tourteaux riches en protéines au lieu de les épandre dans les champs. Le colza « double 0 » - sans acide érucique et à faible teneur en composés soufrés - prend encore de la valeur : deuxième révolution.

Les hybrides à la conquête du monde

Dans le même temps, le « groupe colza » mène des travaux sur la vigueur hybride et la création d’hybrides de colza, plus productifs. Or les fleurs de colza sont hermaphrodites. Les recherches menées sur les techniques d’hybridation entre espèces permettent d’obtenir la première lignée uniquement femelle, garante de croisements fiables. La restauration de la fertilité mâle chez les hybrides complète ce système. Le gène de la stérilité mâle sera identifié à l’Inra de Versailles. Treize ans après, le gène de restauration de la fertilité est isolé par les travaux conjoints d’Evry, Rennes et Versailles.

Un système qualifié de « parfait »

Le système OGU-Inra, ainsi créé et protégé par brevets, conquiert l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Australie. Jean-Pierre Despeghel, de l’Union française des semenciers (UFS), le qualifie de « parfait » au regard des systèmes concurrents. La troisième révolution du colza est en marche.

Avec à la clé des brevets qui ont rapporté à l’Inra près de 90 % de ses royalties sur brevets. « Nous nous sommes battus pour protéger un système de licences ouvertes et de libre accès aux semences à des fins de recherche en rachetant les brevets concurrents. Le soutien financier de la profession a permis cette opération » rapporte Georges Pelletier. Aujourd’hui, les hybrides de colza sont cultivés sur plus de 90 % des surfaces en France.

Résistances associées, récoltes préservées

Associer dans le plante deux types de résistance

Régulariser le rendement, c’est aussi se protéger contre les ravageurs et les maladies, dont la plus dévastatrice a longtemps été le phoma, causée par un champignon. Ici, les collaborations entre généticiens et pathologistes se révéleront également fructueuses.
Les travaux de Rennes et Grignon portent sur les résistances du colza et leur durabilité, et sur l’analyse des populations de phoma et de leur virulence. Ces recherches combinées ont jeté les bases d’un système mondialement reconnu pour caractériser les souches de phoma et les résistances présentes dans le colza. Elles ont apporté, en 2010, la première preuve expérimentale qu’il faut associer dans la plante deux types de résistance pour en augmenter la durabilité.
Des résultats précieux pour les sélectionneurs et valorisés sur le terrain jusqu’en Australie, évitant de lourdes pertes de récoltes.

Voilà l'histoire unique du « groupe colza ». « Unique par les synergies qui ont animé le groupe et ses partenaires professionnels pour dépasser leurs frontières » conclut Michel Renard. Des collaborations toujours pionnières, et de nouveaux défis à relever.

De gauche à droite : Hortense Brun, Régine Delourme, Marie-Hélène Balesdent, Françoise Budar, Michel Renard, Georges Pelletier.. © Inra, C Maître, V Gavalda
De gauche à droite : Hortense Brun, Régine Delourme, Marie-Hélène Balesdent, Françoise Budar, Michel Renard, Georges Pelletier. © Inra, C Maître, V Gavalda

En 2014, le groupe colza a 40 ans et des forces plus que décuplées

  • Plus de 80 chercheurs, ingénieurs et techniciens, contre 5 en 1974.
  • 1 million et demi d’hectares de colza double zéro cultivé en France, contre 150 000 ha en 1965. 8 millions d’hectares de colza dans le monde.
  • La France importe aujourd’hui moins de 50 % de ses tourteaux, la moyenne européenne est de 68 %.
  • 12 sélectionneurs de colza utilisent actuellement le système OGU-Inra en France. En 1974, un seul sélectionneur utilisait le matériel Inra
  • La résistance au phoma évite des pertes de récolte, un bénéfice estimé entre 50 et 300 millions d’euros par an, selon le niveau de l’attaque.

Le groupe colza

Dans ces réussites, le travail de chacun des membres des différentes équipes, permanents, doctorants et contractuels, a compté.

  • Michel Renard construit les synergies entre chercheurs et monde professionnel. Il initie et contribue à l’ensemble des travaux menés par le « groupe colza », aussi bien sur la qualité des huiles et des tourteaux, le système d’hybridation OGU-Inra et la production d’hybrides ainsi que la résistance durable au phoma. Il s’est fortement impliqué dans le continuum recherche-transfert-innovation.
  • Georges Pelletier, artisan de la stérilité mâle pour produire de bonnes lignées femelles « mères » des hybrides, productives et attractives pour les abeilles.
  • Françoise Budar, biologiste moléculaire, impliquée dans la connaissance du gène de stérilité mâle, en collaboration avec Sandrine Bonhomme, et du gène de restauration de la fertilité mâle, dans le cadre d’un projet associant les équipes d’Evry et de Rennes.
  • Régine Delourme, généticienne, met au point les « pères » (restaurateurs de fertilité) des hybrides. Elle travaille ensuite sur l’analyse génétique de la résistance du colza au Phoma avec Anne-Marie Chèvre et ses collègues généticiens et, en collaboration avec les pathologistes, sur la durabilité des résistances.
  • Hortense Brun, pathologiste, a consacré une grande part de ses travaux à l’étude de la durabilité des résistances. Elle démontre qu’une résistance qualitative élevée, contrôlée par un seul gène, voit son efficacité prolongée dans le temps si elle est combinée à une résistance quantitative conférée par plusieurs gènes.
  • Marie-Hélène Balesdent, pathologiste, développe avec Thierry Rouxel des analyses génétiques sur le phoma. Avec leur équipe, ils identifient huit gènes d’avirulence du phoma et mettent en évidence qu’à chaque gène d’avirulence du phoma correspond un gène de résistance du colza. Marie-Hélène contribue à identifier plusieurs espèces de phoma et participe au séquençage de leurs génomes.

> « Groupe Colza » : plus de cinquante scientifiques à l'honneur (PDF)

Pour aller plus loin