Découvrir nos métiers

  • Emmanuelle Jacquin-Joly, directrice de recherche à l’Inra, en charge du département d’Écologie sensorielle de l’Institut d’Écologie et des sciences de l’environnement de Paris
    L’odorat, le sens de l’imagination

    Depuis plus de 28 ans, Emmanuelle Jacquin-Joly, directrice de recherche à l’Inra, n’a cessé de s’intéresser aux insectes et aux odeurs. Si le lien entre les deux est évident, puisque les insectes utilisent leur flair pour analyser leur environnement, se nourrir et se reproduire, le mélange peut être également détonnant lorsque les cultures ont à en pâtir !

  • Jean-Claude Ogier, ingénieur d’études à l’unité mixte de recherche Diversité, génomes et interactions microorganismes-insectes (Inra, Université de Montpellier), centre Inra Occitanie-Montpellier
    Vingt ans au service des microorganismes

    Quoi de commun entre les bactéries lactiques et les ravageurs de cultures ? Pas grand-chose pourrait-on dire spontanément ? Et bien détrompez-vous… Pour Jean-Claude Ogier, ingénieur au centre Inra Occitanie-Montpellier, c’est toute une carrière, ou presque, consacrée à la science et aux microorganismes !

  • Bruno Martin, ingénieur de recherche à l’unité mixte de recherche sur les Herbivores (Inra-VetAgro Sup), centre Inra Auvergne-Rhône-Alpes
    Que sa montagne est belle…

    Son appétence pour les sciences animales et sa passion pour la montagne donnent du relief à la personnalité de Bruno Martin et le conduisent au métier d’ingénieur en production laitière dans les zones de montagne. Avec des ascensions marquantes, qui ont permis d’établir des associations entre pratiques d’élevage et qualité des fromages.

  • Sophie Nicklaus, directrice de recherche à l’unité mixte de recherche Centre des sciences du goût et de l’alimentation (AgroSup Dijon-CNRS-Inra-Université Bourgogne Franche-Comté), centre Inra Dijon Bourgogne Franche-Comté © PIQUEMAL Ludovic
    Comme un goût d'enfance

    C’est d’abord son appétit pour la biologie qui conduit Sophie Nicklaus aux sciences. Rapidement, elle se rend compte que l’alimentation sera son crédo. Il était une fois, une scientifique animée par le désir d’élucider ce qui régit nos choix de consommation alimentaire dès la petite enfance.

  • Charlotte Foret-Lucas, technicienne de recherche à l'unité mixte de recherche Interactions hôtes-agents pathogènes (Inra-INPT/ENVT), centre Inra Occitanie-Toulouse
    La virologie dans le sang

    Qui pourrait « adorer » le virus de la grippe ? Charlotte Foret-Lucas, contaminée par la fascination pour un virus « mystérieux, changeant, sur lequel on ne saura jamais tout ».

Offres à durée déterminée

Actualités
Dernières offres publiées
Publié le 14/06/2018
Région Bourgogne Franche-Comté
Publié le 14/06/2018
Région Ile-de-France